PRESSE 

Altamusica 

3 mars 2017 - Il ritorno d'Ulisse in patria 

  

Emmanuelle Haïm fait une belle démonstration de force à la tête de son Concert d'Astrée. Le geste est comme souvent vif et parfois anguleux, au détriment d'une certaine opulence. L'oreille est immanquablement attirée par la fougue des pupitres de cordes, magnifiée par la virtuosité insensée du percussionniste Sylvain Fabre, capable de faire tenir un univers tout entier au bout de ses doigts. 

Baroque goes nuts 

22 février 2018 - Héroïnes baroques 

  

...Tout a été donné à un rythme approprié, vif, énergique, où ce doit être joyeux, dans d'autres endroits dramatique. Il y a également du caractère grâce à l'utilisation d'un grand nombre d'instruments à percussion, sur lesquels Sylvain Fabre a spectaculairement joué. Il y avait des tôles, des éoliennes, des tambours et des cymbales de toutes tailles. Et des tambourins. 

ResMusica 

9 octobre 2015 - Xerse 

  

Dirigeant du geste et du regard un Concert d’Astrée en grande forme, Emmanuelle Haïm sacrifie une habituelle scansion anguleuse à un art consommé des textures et des lignes mélodiques. Mention spéciale à l’art inouï du percussionniste Sylvain Fabre, capable en un tournemain de faire défiler une marqueterie fantastique d’effets variés et de surfaces sonores… 

Codalario 

13 février 2018 - Héroïnes baroques 

  

...Sylvain Fabre était superbe en percussion, apportant toujours la couleur et le caractère nécessaires, peignant avec une efficacité totale les tempêtes, le tonnerre, les tremblements de terre et autres éléments descriptifs fondamentaux dans l'écriture de Rameau. 

Classicagenda 

3 mars 2017 - Il ritorno d'Ulisse in patria 

  

Une soirée donc en demi-teintes, longue par moments, si ce n’était pour la splendide musique de Claudio Monteverdi qu’Emmanuelle Haïm parvient à sublimer en guidant de manière précise et authenthique son concert d’Astrée, dans lequel on remarquera le percussionniste Sylvain Fabre, véritable Mercure de beauté et musicalité. 

BaroqiuadeS 

22 décembre 2017 - Concert Royal de la Nuit 

  

...emportée par un vent tempétueux remarquablement figuré par un percussionniste de talent, Sylvain Fabre, dont nous avions déjà apprécié la technique lors des Funérailles royales de Louis XIV reconstituées par l’Ensemble Pygmalion à la Chapelle royale du château de Versailles. En véritable homme-orchestre de l’univers des percussions, il fait parler à merveille le sifflet comme le tonnant, le triangle aussi bien que les castagnettes. 

La Libre Belgique 

8 septembre 2015 - Concert Royal de la Nuit 

  

Pour donner ce patchwork (ou pasticcio ou opéra-collage…) sa vie et son éclat, Daucé avait réuni des interprètes magnifiques, chacun en charge à son tour d’interventions solistes : outre la partie vocale, magnifiquement distribuée, on notera la virtuosité des percussions (Sylvain Fabre)... 

Télérama 

18 mai 2015 - Castor et Pollux 

  

Enregistré « live » au dernier festival de Radio France et Montpellier, ce Castor et Pollux, version de 1754, confirme la suprématie instrumentale de l'ensemble Pygmalion (du violon solo raffiné de Sophie Gent, aux percussions martiales de Sylvain Fabre). 

The Times 

22 mai 2018 - Concert Royal de la Nuit 

  

... pas une note ne dépassait. La contribution de Sylvain Fabre aux percussions, sifflets, castagnettes, la crécelle et machine à vent saupoudrait le tout d’un poivre délicieux,... 

Wanderer 

07 octobre 2019 - Indian Queen 

  

La direction d'Emmanuelle Haïm inscrit la musique de Purcell dans des tempi assez larges et volubiles, occasion pour elle de varier les climats et faire exister la partie musicale de ce semi opéra au-delà d'une durée somme toute modeste. On notera la présence du toujours éblouissant Sylvain Fabre, alternant les fonctions de percussionniste hors pair et de bruiteur dans les scènes parlées. 

L'éducation musicale 

janvier 2017 - Grandes héroïnes françaises 

 

En contraste, la « suite » des Indes galantes apporte une note bien différente car l'opéra-ballet de Rameau, au fil de ses diverses entrées, conte des drames moins vertigineux même si soumis à la fureur des éléments, ce que l'orchestre tonne tempétueux. On admire la tenue de celui-ci dans tous les pupitres ; avec une mention particulière pour le percussionniste Sylvain Fabre, à l'aise au tambour, grosse caisse, machine à vent ou tambour de basque, pour ne citer qu'eux !  

Altamusica 

04 novembre 2019 - Ercole Amante 

  

Raphaël Pichon dirige l’Ensemble et le Chœur Pygmalion avec un engagement et une énergie qui donnent à Cavalli un galbe et une ligne absolument remarquables. Les cuivres claquent au vent, tandis que les cordes impriment à l’action un timbre d’ensemble très cohérent et charnu. On notera une fois de plus la présence du percussionniste Sylvain Fabre, capable en un tournemain de créer un fascinant univers sonore. 

Musicologie.org 

02 décembre 2019 - Platée 

  

Le chœur certes est un peu réduit avec ses seize pupitres mais il trouve un juste équilibre avec un orchestre à petit effectif et d’une qualité exemplaire où se distinguent singulièrement les deux hautbois, les deux flûtes et les percussions inventives de Sylvain Fabre.